280 propositions pour simplifier la vie des PME

PME. Jean-Luc Warsmann, député des Ardennes et président de la commission des lois de l’Assemblée nationale, vient de remettre son rapport sur la simplification des normes à destination des acteurs de la vie économique au président de la République. Ce sont quelque 280 propositions qui sont ainsi formulées dont on peut extraire les principales comme le coffre-fort numérique, la dématérialisation de nombreuses formalités et des déclarations fiscales moins complexes. D’autres propositions ont également été formulées notamment au sujet des bulletins de paie, de l’accès plus facile aux marchés publics, des formalités à l’export plus fluides et une simplification de paiement des cotisations sociales pour les travailleurs indépendants. Le chef de l’État souhaite que sur la base de ce rapport et de l’analyse qui en sera faite par le Premier ministre, une consultation des partenaires sociaux et des ordres professionnels ait lieu rapidement, afin que des dispositions législatives et réglementaires puissent être adoptées, avant la fin de l’année 2011.

PS : La Lettre des professions financières prend ses quartiers d’été. Notre prochain numéro paraîtra le jeudi 1er septembre 2011. Bonnes vacances !

Share



Astrid Panosyan secrétaire générale de Groupama

ASSURANCES. Astrid Panosyan (39 ans, HEC, IEP paris, Harvard) est en charge du secrétariat général de Groupama, en remplacement de Philippe Carraud, avec une nouvelle organisation qui comprend la direction juridique (Daniel Sidobre), la direction des affaires publiques, économiques et développement durable (Fabrice Heyries), le correspondant Informatique & libertés groupe (Muriel Grateau) et la direction coordination et contrôle interne. Elle a débuté sa carrière au cabinet de conseil en stratégie AT Kearney puis a rejoint le GIE AXA en 1998 au sein de la direction stratégie, puis de la direction business support & development Asie-Pacifique. En 2002, elle intègre le groupe Groupama où elle a successivement travaillé à la direction internationale, la direction stratégie et la direction financière groupe.

Share

Infor crée un partenariat avec Catalyst au Moyen-Orient et en Afrique

ALLIANCE. Infor, fournisseur de solutions logicielles, annonce avoir conclu un accord de partenariat avec l’intégrateur global de systèmes informatiques Catalyst business solutions. Cet accord stratégique a pour but d’accompagner Catalyst dans la mise en œuvre d’un programme de référencement, d’implémentation, de formation et d’offre de services professionnels autour des solutions Infor ERP LN, ERP visual, Enterprise asset management (EAM) et Performance management (PM) au sein des marchés du Moyen-Orient et en Afrique. L’objectif : accompagner les projets de développement d’Infor dans cette zone. « Nous suivons l’évolution d’Infor depuis longtemps et pour un certain nombre de raisons, nous avons décidé de passer à la vitesse supérieure et de formaliser notre relation. Nous avons été les témoins de la croissance d’Infor et de ses efforts importants pour développer ses solutions clés sur des secteurs de marché jusqu’alors délaissés en zone EMEA. Nous avons, de plus, pu mesurer les résultats liés à l’arrivée d’une nouvelle équipe de direction il y a 6 mois, » déclare Jean-Baptiste Blanc, vice président en charge des ventes chez Catalyst business solutions.

Share

Schneider Electric Grand prix de l’AG de l’année

RECOMPENSE. Le « Grand Prix de l’assemblée générale de l’année » des entreprises du CAC 40 a été remis à Schneider Electric le 28 juin dernier. Ce prix récompense les entreprises qui satisfont le mieux aux plus de 80 critères d’analyse définis par un jury coprésidé par Philippe Marini, sénateur-maire de Compiègne, rapporteur général de la commission des finances du Sénat, et Jean-Paul Agon , P-DG de L’Oréal, société lauréate en 2010. Le prix spécial du jury a été attribué à BNP Paribas pour la qualité de la présentation de son business model et la lisibilité de sa stratégie. A l’occasion de cette cérémonie a été également été réalisé un bilan des assemblées générales d’où il ressort trois principaux enseignements : le recul de la « langue de bois », la mise en avant des préoccupations sociétales et un regard toujours plus tourné vers les pays émergents. En savoir plus avec Caroline de la Marnierre.

Share

Les défaillances d’entreprises se stabilisent à un niveau élevé

STATISTIQUES. 14 397 jugements de sauvegarde (324), redressement judiciaire ou liquidation judiciaire directe (14 073) ont été prononcés par les tribunaux sur ce deuxième trimestre 2011 selon les données publiées par Altares. La même période 2010 comptait 14 446 procédures. La baisse globale est de 0,3 % tirée par un recul de 0,8 % des RJ/LJ tandis que les sauvegardes augmentent de 23,7 %. Les trois quarts des jugements portent sur des micro-entreprises de 0 à 2 salariés (+ 2,9 %) mais les PME restent vulnérables : 31 sociétés de 100 à 199 salariés ont été placées en RJ ou LJ ce trimestre contre 24 il y a un an. Les activités interentreprises sont dans le vert, celles à destination des particuliers sont à la peine. Le rythme des défaillances d’entreprises ralentit depuis fin 2009, mais près de 250 entreprises entrent encore en procédure judiciaire chaque jour ouvré depuis le début de l’année. C’est en moyenne une dizaine de moins que sur la période de crise septembre 2008 – septembre 2009. Le redressement de l’économie se propage mais les entreprises sont encore fragiles. Le retour de la croissance aspire les maigres trésoreries. Les trajectoires de sortie de crise sont encore très sinueuses.

Share

Attractivité : la France en tête du peloton européen

BILAN. Avec 57,4 Md$ d’investissements directs étrangers (IDE) entrants, selon la CNUCED, la France est en 2010 la troisième destination mondiale derrière les Etats-Unis et la Chine/Hong Kong. Elle reste la première destination européenne, devant la Belgique, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie. Cette information est tirée de la deuxième édition du « Tableau de bord de l’attractivité de la France ». Ce document poursuit une double ambition : comparer la France à onze pays de l’OCDE (les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne, l’Irlande, les Pays-Bas, la Belgique, la Finlande et la Pologne) pour chacun des indicateurs et déterminants de l’attractivité retenus pour cette étude et mettre en lumière les évolutions qui ont affecté ce positionnement depuis l’été 2010. Pour télécharger le rapport.

Share

17 % des patrons de PME/ETI affirment être riches

FORTUNES. Le seuil de richesse pour les dirigeants de PME/ETI est de 7 820 € par mois. C’est une des informations publiées dans le huitième Observatoire de la performance présentée par la banque Palatine (groupe BPCE) en partenariat avec le magazine Challenges et la chaîne i>Télé. Par comparaison, les Français situent plutôt ce revenu médian nettement en dessous à 4 662 € par mois. Les dirigeants s’accordent à dire que le montant de patrimoine immobilier et financier à partir duquel on considère une personne comme riche se situe légèrement en dessous d’1 million d’euros. Là encore la vision des Français était bien plus modeste puisque ceux-ci l’estimaient environ deux fois moindre à 500 000 €. En revanche, ils sont partagés concernant le montant du patrimoine pour un chef d’entreprise « riche ». En effet, 35 % considèrent qu’un chef d’entreprise est « riche » lorsqu’il possède entre 1 et 5 millions et 29 % lorsqu’il a plus de 10 millions. Si leur vision diffère quasiment du simple au double de celle de l’ensemble des Français, seulement 17 % des patrons affirment être riches ; 80 % étant dans la négative. D’autres informations sont également publiées dans ce rapport concernant la confiance des dirigeants : elle se situe toujours à un niveau très élevé concernant l’évolution de leur entreprise (81%) ainsi que de leur secteur d’activité (73%).

Share

José-Luis Garcia président de Deloitte en France

CONSEIL. Elu par les associés de Deloitte France, José-Luis Garcia, 54 ans, est nommé nouveau président du conseil d’administration. Diplômé d’une maîtrise d’économie appliquée (Dauphine), José-Luis Garcia est expert comptable et commissaire aux comptes. Entré chez Deloitte en 1979, José-Luis a 30 ans d’expérience, dont 22 en tant qu’associé. Responsable du groupe d’audit « institutions financières » de Deloitte de 1994 à 1999, il a par ailleurs été membre du comité de management de Deloitte France de 2004 à 2009, avant de devenir membre du comité exécutif de Deloitte France en charge de l’industrie financial services et de la gestion des carrières des associés.

Share

Oxxo menuiseries choisit Sidetrade

CLOUD. Sidetrade, spécialiste du CRM financier en mode SaaS, annonce que la société Oxxo menuiseries a choisi son offre de cloud computing pour améliorer sa relation financière avec ses clients et ses intermédiaires. Avec 650 chantiers par an, 150 partenaires, 45 000 logements équipés, Oxxo Menuiseries a décidé d’améliorer sa relation financière tripartite entre : la maîtrise d’œuvre, la maîtrise d’ouvrage et ses clients-payeurs. Cette relation financière tripartite courre sur deux mois en moyenne, durée durant laquelle Oxxo n’a aucune visibilité sur le règlement de sa créance. Pour Patrick Franier, DAF d’Oxxo il s’agissait de gagner en visibilité et en productivité sur l’ensemble de la relation tripartite : « Nous souhaitions améliorer nos processus depuis la facturation jusqu’au règlement clients, notamment, pour éviter la naissance de litiges. Sidetrade nous a accompagnés dans cette structuration. Dorénavant, nous avons une information précise de la situation vérifiée par le maître d’œuvre via des relevés de compte reçus en automatique. Nous sommes également proactifs dans la relance des maîtres d’ouvrage, ce qui nous permet d’anticiper des éventuels retards de paiement ou litiges ».

Share

Rencontre DFCG XBRL

LANGAGE. La rencontre DFCG XBRL sur le thème « Le reporting financier en 2011 : XBRL au cœur des IFRS » s’est tenue le jeudi 5 mai au matin dans les locaux de la Maison de la Finance. Devant une assemblée nombreuse et attentive, Sylvie Lépicier, secrétaire générale d’XBRL France, a rappelé les caractéristiques et la finalité du langage XBRL. Pour accéder au compte-rendu, cliquez-ci.

Share

Tableaux de bord dans les services publics

ENQUETE. La DFCG, en partenariat avec le cabinet Logica business consulting, engage une enquête sur l’utilisation des tableaux de bord dans les services publics. Tous les secteurs en charge d’une mission de service public sont concernés. L’objectif poursuivi est d’évaluer la place que tient le tableau de bord dans le pilotage des activités de service public. La restitution des résultats aura lieu d’ici la fin de l’année. Pour accéder à l’enquête (jusqu’au 31 juillet).

Share

Lancement d’une étude DFCG sur Internet et les PME

SONDAGE. Chacun sait combien Internet a intégré notre quotidien, tant dans le milieu professionnel que personnel. Comment se positionnent, à cet égard, les PME ? Afin d’y voir plus clair et de permettre une réflexion de fond sur le sujet la commission « SI et aide à la décision » de la DFCG a créé en début d’année un groupe de travail consacré à l’optimisation de l’outil internet dans les PME. Afin de rester aussi proche que possible de la réalité quotidienne des entreprises un court sondage vient d’être mis en ligne ; il s’adresse aux dirigeants (DG, DF, DAF, DSI, contrôleurs de gestion…) de PME, membres de la DFCG. La restitution de cette enquête sera faite en fin d’année sous la forme d’un article dans la revue Echanges. 8 minutes suffisent pour remplir ce sondage. Si vous souhaitez plus d’information sur le sujet, vous pouvez contacter Bruno de Laigue, co-président de la commission « SI et aide à la décision ».

Share

De l’intérêt de la protection des prêteurs

BLOG DFCG. Depuis une vingtaine d’années, des articles de recherche en économie ont montré qu’un système juridique protecteur des créanciers était favorable au développement des marchés financiers et à la croissance économique. Une étude publiée récemment confirme cette idée et dévoile un mécanisme de transmission entre le droit et l’économie : une meilleure protection des créanciers facilite l’investissement en biens d’équipement de qualité. Le prix Nobel Robert Solow expliquait dans les années 1960 que l’investissement en biens d’équipement récents précédait généralement le développement de produits innovants. Dans cette lignée, des tests empiriques ont montré que plus de la moitié de la croissance économique américaine était attribuable aux évolutions technologiques liées à l’amélioration des biens d’équipement. L’article que nous présentons établit le lien entre protection des créanciers et qualité des investissements dans le secteur des compagnies aériennes. Lire la suite de l’article de Pascal Quiry et Yann le Fur sur le blog de la DFCG.

Share

Hausse des taux : soutien aux marchés actions, pas d’impact sur l’appréciation de l’euro

COMMENTAIRE. Selon Fabrice Cousté, DG de CMC Markets France, la hausse des taux décidé par la BCE (1,5 % pour le taux de refinancement) s’inscrit logiquement dans la poursuite du resserrement monétaire mené par la Banque centrale, dont les priorités restent la maîtrise de l’inflation et la normalisation progressive de la politique de soutien à l’économie. Jean-Claude Trichet a toutefois précisé que cette hausse serait la dernière avant une pause plus longue. Davantage attendue, la réaction de la BCE concernant la dette portugaise se veut ferme et rassurante, avec l’assouplissement des conditions de financement et surtout la suspension exceptionnelle des conditions de rating imposées par les agences de notation. La BCE montre ainsi qu’elle continuera de soutenir les Etats dans leur refinancement et l’assainissement de leur déficit. Du côté des devises, l’effet d’annonce de la BCE n’a pas d’impact immédiat sur l’appréciation de l’euro, qui reste sous pression. En effet, pour l’heure le risque inflationniste toujours présent, pèse davantage que la hausse des taux engagée par la Banque Centrale pour y remédier.

Share

Introductions : + 48 % au 2e trimestre 2011

IPO. Les conditions de marché hostiles ce deuxième trimestre ont fait chuter le nombre et le prix des introductions, mais la valeur globale des introductions en bourse a néanmoins augmenté de 48 % comparativement au 2e trimestre 2010 selon une étude menée par PwC. L’exigence des investisseurs pour une croissance portée par les ressources a fait le succès des introductions de Glencore, négociant en matières premières et de Vallares, entreprise pétrolière et gazière, faisant bondir les statistiques du deuxième trimestre. Ces deux introductions ont eu lieu à Londres et, l’étude trimestrielle de PwC « IPO Watch Europe » révèle qu’elles ont représenté 8 Md€ sur les 13,4 Md€ levés au total en Europe au deuxième trimestre 2011. Sur les 134 introductions en bourse de ce deuxième trimestre, les 5 plus importantes ont généré plus de 9 Md€ de fonds levées en Europe. Quelles perspectives ? Les pays européens subissant de fortes pressions pour réduire leur dette nationale vont probablement envisager des programmes importants de vente d’actifs publics par le biais d’introductions en bourse. Ces opportunités pourraient créer un attrait majeur pour les investisseurs dans l’avenir, selon PwC. 



Les résultats complets de l’étude sont disponibles sur le site de PwC.

Share

Contrôle de gestion : la première certification de compétences

NORMES. La DFCG lance, en partenariat avec l’Afnor, le premier certificat de contrôleur de gestion indépendant et normalisé ISO (unique en France). Cette certification vous permettra de faire reconnaître et de valoriser rapidement votre niveau de compétences en contrôle de gestion. Elle s’appuie sur un référentiel de compétences élaboré dans le cadre de la Commission contrôle de gestion et aide à la décision de la DFCG. Après réussite des examens, le certificat est délivré pour une période de 3 ans. Deux niveaux de certification existent : un niveau « contrôleur de gestion » pour les personnes possédant une première expérience du contrôle de gestion (ou pour des professionnels de la gestion, finance ou comptabilité qui souhaitent accéder à cette fonction) et un niveau « contrôleur de gestion senior » pour les professionnels plus expérimentés qui veulent faire reconnaître leur expertise dans ce domaine. Plus d’informations : Myriam Bossert – 01 42 27 83 77

Share

en partenariat avec

Annabel Bachelier contrôleur de gestion du groupe Cofaq

DISTRIBUTION. Annabel Bachelier (maîtrise de sciences de gestion, DESS ingénierie financière et stratégie) est nommée contrôleur de gestion du groupe Cofaq (outillage professionnel et bricolage). Elle est chargée de mettre en oeuvre une structure financière dédiée à la pérennisation et au développement du réseau de la société, qui induit le remodeling, l’agrandissement, la transmission et la reprise de points de vente. Elle supervisera également la démarche ISO et le bilan carbone, première étape dans l’engagement du groupe sur la voie du développement durable. Il s’agit d’une création de poste. Annabel Bachelier a notamment été en poste chez les Mousquetaires et à la Camif.

Share

Lydia Macrez DAF de Fongecif IDF

FORMATION. Lydie Macrez (37 ans, maîtrise de sciences de gestion, DEA modes de vie et politiques sociales) est promue directeur administratif et financier de Fongecif Ile-de-France (information et orientation des salariés), en remplacement de Laurent Nahon qui prend le poste de directeur général. Elle était auparavant responsable du pôle financier de Fongecif Ile-de-France depuis 2007. Elle a commencé sa carrière en 2000 chez Olsten, entreprise de travail temporaire, comme contrôleur de gestion.

Share

Stefano Stefanelli DAF d’ALD international

LLD. Stefano Stefanelli (45 ans, diplômé en économie et business administration de l’université Sapienza de Rome), est promu directeur administratif et financier d’ALD International (location longue durée, groupe Société générale). Il est sous la responsabilité directe de Mike Masterson, directeur général, qu’il remplace. Il a débuté sa carrière chez Colgate Palmolive en Italie, où il a assumé plusieurs responsabilités financières.

Share

Gestion financière : de l’analyse à la stratégie

COLLECTION DFCG. Cet ouvrage constitue un indispensable de la gestion. Il propose une méthodologie complète d’analyse financière et ses conséquences sur la stratégie de l’entreprise. Illustré par de nombreux exemples et graphiques, il offre des outils pour mieux comprendre la logique financière des entreprises, depuis les fondamentaux jusqu’aux conséquences qui doivent être tirées de la crise financière. Les auteurs aident ainsi à replacer les décisions financières dans une vision globale de la stratégie financière. Gestion financière : de l’analyse à la stratégie est rédigé par Jean-Guy Degos, professeur de finance et comptabilité au pôle universitaire des sciences de gestion de l’Université Montesquieu Bordeaux, et Stéphane Griffiths, maître de conférence de finance et de comptabilité à l’université de Poitiers.
Editions Eyrolles – ISBN : 978-2-212-54995-9 – 32 €

Share